Pourquoi épargner pour son enfant ?

Les parents peuvent constituer une épargne pour leurs enfants. Celle-ci leur permettra, par exemple, de financer leur formation ou de les aider à se lancer dans la vie active. Ils peuvent verser sur un compte épargne classique la somme reçue des allocations familiales par exemple. Néanmoins, ces comptes restent incomplets sur bien des points.

Les parents peuvent améliorer ce placement en souscrivant un contrat épargne enfant.

Les avantages de l’assurance enfant

1. L’épargne est programmée ; vous êtes sûr de ne jamais oublier de verser les primes sur votre contrat.

2. Selon les cantons, vous pouvez déduire fiscalement les primes versées.

3. Si vous êtes malades, victimes d’un accident ou d’une invalidité, la compagnie d’assurance continue de verser les primes à votre place.

4. En cas de décès des parents, le capital prévu initialement est versé au terme du contrat à l’enfant majeur.

5. Le taux d’intérêt est souvent le même que celui du 3ème pilier classique.

6. A l’échéance du contrat et au versement du capital, il ne fera l’objet d’aucune imposition.

7. Au terme du contrat, le capital est versé aux parents. Vous possédez donc toute la maîtrise quant à l’utilisation du capital.


Comment choisir une assurance ou une banque pour l’épargne de son enfant ?

Les parents désireux d’assurer l’avenir de leurs enfants ouvrent un compte à leur nom : Cela leur permet de leur payer le permis de conduire, un voyage d’étude ou la première installation. Autant de projets qui s’avéreront très utiles quand ils seront devenus grands.

Mais il faut faire le bon choix : Compte bancaire, assurance, CCP ?

Le grand désavantage du compte bancaire est que l’enfant pourra retirer l’argent dès sa majorité, sans aucun contrôle des parents. Les effets d’épargne de plusieurs années peuvent être anéantis en quelques heures si l’enfant utilise l’argent en « mauvais choix ».

Nous ne pouvons que vous conseiller une épargne solide et fiable au nom de votre enfant, mais que vous contrôlez jusqu’à l’échéance du contrat. Le 3ème pilier peut servir également à mettre de l’argent de côté pour votre enfant : Le contrat est à son nom, mais vous êtes preneur d’assurance (ou assuré, selon les compagnies). Cela fait de vous le responsable direct de l’argent épargné, et aucun retrait ne sera accepté sans votre avis.

Et cerise sur le gâteau, en cas de décès, l’argent sera versé à l’enfant, quoi qu’il arrive. Et en cas d’invalidité, c’est la compagnie qui paiera les primes à votre place (selon les options choisies).

Le taux est celui du 3ème pilier, mais dans ce cas, ce n’est pas vraiment la rentabilité qui est recherchée, mais bien constituer une épargne dont vous seul resterez maître.

Ce tableau résume les différences entre le compte épargne enfant (banque) et le contrat épargne enfant (assurance) :

 Compte épargne enfant (banque)Contrat épargne enfant (assurance)
DuréeLibreLibre
Bénéficiaire du capital au terme du contratL'enfantLe payeur
Fréquence des versements

LibreRéguliers
Déduction fiscaleAucune
Déduction du revenu imposable selon les cantons
Imposition pendant la durée du contratImposition sur les intérêtsImpôts sur les valeurs de rachat en tant que fortune
Imposition à la sortie du capitalPas d'impositionPas d'imposition
RémunérationTaux non garantiTaux technique garanti à la signature du contrat + excédents
En cas d'incapacité de gainInterruption des versementsAprès un délai d'attente, la compagnie paye les primes à votre place
En cas de décès du payeurL'enfant touchera ce qui a été versé sur le contratL'enfant touchera le capital prévu au terme du contrat
Rentes d'invaliditéImpossiblePossibilité d'inclure des rentes d'invalidité jusqu'aux 65 ans de l'enfant

Les preneurs d’assurance enfant peuvent être d’autres personnes que les parents : Grands-parents, parrain ou marraine, etc.

Que devient le 3ème pilier en cas de grossesse ?

Que devient mon 3ème pilier si je tombe enceinte ?

Il n’y a pas de réelle clause concernant la grossesse, dans les assurances prévoyantes. Dans le cas où vous êtes enceinte et que vous êtes en congé maternité, votre allocation est soumise à l’AVS, vous pouvez donc continuer à payer votre 3ème pilier sans risquer d’empiéter sur votre budget.

Vous pouvez néanmoins le stopper quelques mois, et uniquement si c’est un 3ème pilier bancaire. Dans le 3ème pilier assurance, il faut se renseigner auprès de la compagnie, chacune exerçant une politique différente sur ce point.

Le spécialiste de l’assurance bébé

Le site www.bebe-arrrive.ch publie aujourd’hui une grande page sur l’épargne pour les enfants.

Les auteurs insistent sur toutes les possibilités que peut offrir ce type d’épargne. Leur message est clair : mieux vaut choisir une épargne sur un compte 3ème pilier, plutôt qu’un compte épargne offert par la banque. La sécurité y est plus grande et les parents ont toujours la main mise sur le capital, même au terme du contrat ou si l’enfant devient majeur.

Le site rappelle aussi qu’en cas de décès des parents, le montant de l’épargne continue d’être versé par la compagnie d’assurance, et le capital prévu au départ sera bien distribué une fois que l’enfant aura l’âge prévu au contrat.

L'actualité du 3ème pilier et de la prévoyance suisse

Voir tous les articles >

Comparez les offres 3ème pilier

Demandez des offres comparatives de 3ème pilier et choisissez celle qui correspond le plus à vos besoins.

Demandez l’avis de nos conseillers spécialisés, c’est simple et gratuit !