Vous arrivez à l’âge de la retraite et vous allez enfin profiter d’une vie plus tranquille, amplement méritée ? Ou vous êtes actuellement titulaire d’un 3ème pilier, et vous souhaitez le retirer pour financer un projet personnel ?

Attention, selon le 3e pilier souscrit, vous devrez payer des impôts au moment de son retrait, tandis que ce dernier est soumis à des règles légales qu’il vous faudra impérativement respecter.

Comment retirer son 3ème pilier ?

Faire un retrait de son 3e pilier dépend du type de contrat que vous avez choisi. En effet, tout va dépendre si vous êtes titulaire d’un 3ème pilier libre ou lié.

Comment retirer son 3ème pilier lié 3a ?

Le 3e pilier 3a est ce qu’on appelle un pilier lié. Mais lié à quoi ? Tout simplement, à l’âge de la retraite ! Cela veut donc dire que l’on peut retirer son pilier 3a uniquement au moment de la retraite.

Heureusement, la loi est venu assouplir cette règle, et il existe des cas très particuliers où les assurés peuvent toucher les fonds d leur 3e pilier lié avant l’âge de la retraite :

  • Vous vous mettez à votre compte. En devenant indépendant, vous avez besoin de fonds pour vous lancer, et le 3ème pilier peut vous y aider.
  • Vous quittez la Suisse de manière définitive.
  • Vous devenez propriétaire et vous avez besoin de fonds propres pour mener à bien votre projet immobilier. Vous pourrez également rembourser votre hypothèque existante.
  • Vous voulez racheter des années de 2ème pilier.
  • Vous transférez les fonds de ce 3e pilier vers un autre contrat équivalent.
  • Vous êtes titulaire d’une rente d’invalidité.

Comment retirer son 3e pilier libre 3b ?

Comme souvent avec le 3ème pilier libre 3b, tout est plus facile : comme son nom l’indique, vous êtes libre de faire ce que vous voulez avec votre contrat. Il est donc tout à fait possible de le retirer en tout temps, sans raison particulière.

Mais attention de bien penser à déclarer ce montant lors de la prochaine déclaration d’impôt, comme faisant partie de la fortune personnelle de l’assuré.

Retirer son 3ème pilier va donc dépendre du contrat souscrit et des obligations qui en découlent.

Quel est le montant de l’impôt lors du retrait du 3e pilier ?

Il est impossible de répondre à cette question de façon généraliste, car tout va dépendre du contrat de chacun.

En effet, le montant de l’impôt va dépendre de la somme retirée : plus le retrait sera élevé, plus l’impôt sera important. Si vous souhaitez retirer votre 3ème pilier, pensez à bien calculer à combien se monterait l’impôt pour éviter toute mauvaise surprise, et vous retrouver avec moins de capital que ce que espériez.

Afin de faire une estimation, il vous est possible de réaliser le calcul suivant : toucher le capital de son 3e pilier avant son terme est considéré comme un revenu exceptionnel par le fisc suisse. Ce qui veut dire qu’il va être soumis au barème de l’impôt sur le revenu. Mais heureusement, ce taux d’imposition est réduit dans ce cas. Vous pouvez donc partir sur un taux de 1/5e du taux d’imposition sur le revenu.

D’autres éléments peuvent être pris en compte, comme le statut marital, le nombre d’enfant à charge, etc. Le mieux est de faire appel à un conseiller spécialisé en prévoyance, et qui saura vous calculer votre impôt en cas de retrait de votre 3ème pilier.

Le 3e pilier est-il vraiment intéressant si je paye des impôts au moment du retrait ?

Vous vous doutez de la réponse à cette question : il est bien sûr intéressant de souscrire à un 3e pilier, même si nous devons payer des impôts à sa sortie.

Souvenez-vous : le 3e pilier, entre autres avantages, vous permet de faire des économies d’impôts. Tous les ans, vous allez verser un capital sur votre contrat et celui-ci pourra être déduit de votre impôt (dans la limite prévue par la loi). Cette déduction fiscale va donc s’additionner au fil des ans jusqu’à la fin du contrat. Vous pouvez espérer économiser 2’000 CHF tous les ans : vu la somme attendue, vous aurez largement dépassé le montant de l’impôt prélevé en cas de retrait, ce qui fait du 3ème pilier un contrat des plus intéressants.

Les frontaliers payent-ils un impôt en cas de retrait du 3ème pilier ?

Oui, tout comme les personnes résidant en Suisse, les travailleurs frontaliers vont payer un impôt s’ils retirent leur 3e pilier.

Par contre, celui-ci sera prélevé à la source par le fisc suisse. Vous devrez ensuite le déclarer au fisc français qui taxera le montant à 6,75%. Vous devrez alors demander une correction de l’impôt à la source en apportant la preuve que vous avez bien payé l’impôt du côté français et le fisc suisse vous le remboursera.

Comment limiter le montant de l’impôt en cas de retrait du 3e pilier ?

Vous vous trouvez peut être dans une situation qui nécessite que vous deviez récupérer des fonds de votre 3e pilier. Vous allez donc « casser » votre 3e pilier et prendre ce dont vous avez besoin. Mais peut être que vous auriez voulu ne prendre que la moitié du capital, et laisser le reste sur le contrat ?

Malheureusement, ce n’est pas possible : c’est tout ou rien, vous devez prendre l’intégralité du capital, et donc payer des impôts sur le montant total.

Il existe une astuce pour limiter ce genre de déconvenue : il suffit de souscrire à plusieurs 3ème pilier (en restant dans la limite du montant déductible maximum) et de retirer uniquement les contrats dont on a besoin, tout en conservant les autres. Vous paierez des impôts sur les contrats retirés et continuerez à profiter des avantages des autres 3ème pilier.

Calculez le montant de votre impôt

Afin de connaître le montant de votre impôt en cas de retrait de votre 3ème pilier, nous vous invitons à nous contacter ci-dessous : un de nos conseillers prendra contact avec vous, et vous aidera à calculer l’impôt. Il vous conseillera également sur les meilleures solutions qui s’offrent à vous pour transformer votre capital en rentes par exemple, ou le réinvestir intelligemment.

Étape 1 sur 2

  • Vos données