Vous versez depuis des mois, voire depuis des années sur votre 3ème pilier pour aller au bout de votre projet : acheter une maison, préparer sa retraite, etc. Cela peut être également dans le but de protéger vos proches, s’il devait vous arriver quelque chose. Pas facile de penser à son propre décès !

En plus de pouvoir mettre de l’argent de côté pour ses vieux jours, le 3ème pilier a été pensé comme une assurance vie : il est en effet possible de répartir vos avoirs financiers entre vos héritiers si vous veniez à décéder. Selon le type de 3ème pilier choisi, les bénéficiaires ne seront pas les mêmes, certains étant même imposés par la loi !

Que devient mon 3ème pilier lié 3a en cas de décès ?

Si vous avez opté pour un 3ème pilier lié, l’ordre des bénéficiaires vous sera imposé par la loi, que vous l’ayez souscrit auprès d’une banque ou d’une assurance. Il vous sera donc impossible de choisir librement les bénéficiaires sur ce type de contrat, ceux-ci étant répartis selon l’ordre suivant :

1. Votre conjoint survivant

C’est logiquement le premier bénéficiaire à recevoir les avoirs si vous veniez à décéder. Mais attention : ici, on parle bien de conjoint marié, il faut donc que vous soyez marié la personne pour que celle-ci puisse hériter de vos avoirs.

Si vous n’êtes pas marié et que vous vivez en union libre ou sous le régime d’un PACS, vous n’êtes pas considéré comme un couple marié aux yeux de la loi. Votre conjoint ne pourra donc pas prétendre à hériter de vos avoirs, ceux-ci seront directement distribués aux héritiers suivants.

2. Vos descendants direct

En l’absence de conjoint survivant marié, ce sont vos descendants directs qui vont logiquement hériter : il s’agit de vos enfants, y compris les enfants adoptés.

A cette étape, la loi est plus souple. En effet, c’est ici qu’un conjoint non marié pourra espérer hériter des fonds, en partage avec les descendants directs. En effet, vous pouvez choisir librement la part que chacun d’eux va toucher, et qui seront les bénéficiaires.

En plus des enfants, le conjoint avec qui vous étiez en couple en union libre pourra toucher vos avoirs, pour autant que vous avez passé plus de 5 ans de vie commune et que le conjoint devra s’occuper des enfants survivants. Ainsi, vous pourrez mettre votre concubin.ine à l’abri du besoin, ainsi que vos enfants si vous veniez à décéder. C’est également valable pour les couples homosexuels (toujours dans la limite des 5 ans de vie commune). Si le couple n’a pas d’enfant à charge, le conjoint survivant doit apporter la preuve d’une vie commune depuis plus de 5 ans.

3. Vos autres bénéficiaires

En l’absence de conjoint et d’enfants, la loi a prévu de rassembler tous les autres héritiers sous l’appellation “Autres bénéficiaires”.

Ce sont vos parents, vos frères et soeurs et tous les autres héritiers que vous auriez pu nommer dans votre contrat 3ème pilier.

Là aussi, vous êtes libre de choisir la part de chacun et l’ordre dans lequel chaque héritier doit intervenir.

Avec le 3ème pilier lié 3a, vous êtes sûr de protéger les personnes les plus proches de vous s’il devait vous arriver quelque chose. C’est pour cela que le 3ème pilier est une assurance-vie.

Lire aussi : Comment fonctionne une assurance vie en cas de décès ?

Que devient mon 3ème pilier libre 3b en cas de décès ?

Quand il s’agit du 3ème pilier libre, tout devient plus simple : rien n’est imposé par la loi et comme son nom l’indique, vous êtes libre de nommer qui vous voulez en bénéficiaire de votre contrat.

Cela peut donc être votre conjoint, ou un enfant en particulier (c’est le principe de l’épargne enfant), ou même un ami.

L'actualité du 3ème pilier et de la prévoyance suisse

Voir tous les articles >

Comparez les offres 3ème pilier

Demandez des offres comparatives de 3ème pilier et choisissez celle qui correspond le plus à vos besoins.

Demandez l’avis de nos conseillers spécialisés, c’est simple et gratuit !