Le 3ème pilier offre de nombreux avantages et notamment celui de vous aider à financer l’acquisition d’une résidence principale grâce au principe du nantissement.

En effet, lorsque vous achetez un bien immobilier en Suisse, les organismes de financement exigent en général 20% de fonds propres. Si vous décidez d’utiliser votre 3ème pilier pour financer le bien, vous avez le choix entre deux possibilités : le retrait de votre capital ou le nantissement.

Que se passe-t-il si je retire mon épargne 3ème pilier pour financer un bien immobilier ?

Si vous retirez une partie de vos avoirs 3ème pilier pour financer votre bien immobilier (on parle alors de retrait anticipé), vous bénéficierez d’un apport personnel plus important et pourrez donc réduire votre dette hypothécaire ainsi que les intérêts qui y sont liés. Toutefois, dans le cas d’un 3ème pilier lié, ce retrait sera soumis à l’impôt. De plus, votre argent étant retiré, il ne bénéficiera plus du rendement attractif du 3ème pilier.

Que se passe-t-il si je mets mon 3ème pilier en nantissement ?

Il vous est également possible d’effectuer une mise en nantissement de votre 3ème pilier, c’est-à-dire que votre 3ème pilier sera mis en gage et servira donc de garantie à votre établissement financier. Les fonds ne pourront être retirés que si vous êtes insolvable. La mise en nantissement augmentera votre hypothèque ainsi que les intérêts qui y sont liés et il faut donc vous assurer d’avoir les revenus suffisants pour payer votre crédit sur la durée. (Il faut cependant se rappeler que ces intérêts pourront être couverts par le rendement attractif de votre épargne 3ème pilier.)

Que choisir entre le retrait anticipé et le nantissement ?

Le nantissement est en général ce qu’il  y a de plus avantageux pour financer l’achat de votre bien immobilier bien qu’il puisse paraître plus coûteux au premier abord.

En effet, en conservant votre épargne 3ème pilier, vous conservez également les avantages fiscaux liés à celle-ci : vous pouvez continuer à déduire votre prime de vos impôts et votre épargne continue à fructifier. De plus, vous conservez vos prestations de retraite, couverture invalidité et décès :

  • En cas d’invalidité, la compagnie d’assurance s’engage à prendre en charge le paiement des primes de votre contrat de prévoyance. Ainsi, aucune interruption de contrat n’est nécessaire. (De plus, en ayant souscrit à un 3ème pilier, vous êtes déjà bénéficiaire d’une assurance risque décès-invalidité, ce qui vous permet d’économiser la souscription à une assurance risque pur au moment de conclure votre crédit hypothécaire.)
  • En cas de décès, le montant correspondant au capital de votre prévoyance sera versé à la banque et permettra ainsi le remboursement d’une partie du crédit hypothécaire (la partie nantie). Votre famille n’aura pas à prendre en charge le crédit correspondant.

Par contre, dans le cas d’un retrait anticipé, vous devrez payer des impôts au moment du retrait (sauf dans le cas d’un 3ème pilier libre) et vous devrez à nouveau vous constituer une épargne pour remplacer celle que vous aurez retirée. Vous risquez donc de bénéficier d’une prévoyance vieillesse moins intéressante que si vous aviez opté pour le nantissement.

Que devient la mise en nantissement au moment de la retraite ?

Une fois arrivé au terme de votre contrat de prévoyance, soit à l’âge de la retraite, la banque demandera le remboursement du prêt hypothécaire en faisant appel aux fonds versés sur le 3ème pilier. La banque ne prendra que ce dont elle aura besoin pour solder votre crédit hypothécaire, sur la part nantie. Les intérêts du placement, ainsi que le solde du capital vous seront restitués.

En conclusion, le nantissement vous fait bénéficier de tous les avantages que présente le 3ème pilier en tant que placement alors que vous remboursez votre crédit hypothécaire.

Impossible de trouver un produit aussi complet !

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations sur le nantissement ou pour souscrire à un troisième pilier.

Actualités nantissement